Le Journal de Vitré

Publié le par Jo

Le soldat français, à côté de Théo, c'est Pierre Charron de Bain de Bretagne. Les domiciles de Théo et Pierre ne sont distants que de 9 km et pourtant, avant la guerre, ils ne s'étaient jamais rencontrés. Ils ont fait connaissance seulement en 1943, plusieurs mois après leur arrivée au kommando de mine de cuivre de Brodberg à Sontra, où ils ont travaillé durant les 28 mois précédant leur libération.

Le soldat français, à côté de Théo, c'est Pierre Charron de Bain de Bretagne. Les domiciles de Théo et Pierre ne sont distants que de 9 km et pourtant, avant la guerre, ils ne s'étaient jamais rencontrés. Ils ont fait connaissance seulement en 1943, plusieurs mois après leur arrivée au kommando de mine de cuivre de Brodberg à Sontra, où ils ont travaillé durant les 28 mois précédant leur libération.

Publié dans Presse

Commenter cet article

Rosanne MARTIN-TESSIER 17/02/2015 18:28

Bonjour M Aulnette,
Je suis la fille de Guy et Marie-Paule MARTIN de Martigné-Ferchaud. J'ai découvert votre projet par maman et je ne peux m'empêcher de penser à papa qui aurait adoré votre projet.. il était particulièrement intéressé par tout ce qui avait attrait aux évènements de 39-45 avec vous vous en
souvenez certainement avec un regard bienveillant de réconciliation et de plus je sais qu'il vous appréciait grandement comme maman aujourd'hui. . Si vous avez besoin d'une traductrice, ma fille Lise habite et travaille désormais en Allemagne à Niederfishbach, (commune qui avait des liens d'amitié avec Martigné). N'hésitez pas elle se fera un plaisir de vous rencontrer.
Bien à vous. Avec toute ma sympathie et mon bon souvenir.
Rosanne

Joseph 17/02/2015 23:09

Merci Rosanne,
Votre papa avait non seulement le regard bienveillant de réconciliation que vous lui attribué, il avait aussi une philosophie naturelle et n’oubliait jamais d’apprécier et de concerter avant de décider… et toujours avec une dose bonne humeur et de sagesse.
Je suis fier d’avoir travaillé à ses côtés et j'ai beaucoup appris avec lui.
Dîtes à Lise, que je passerai à Niederfishbach le vendredi 03 avril et que j’ai prévu marquer un temps d’arrêt pour saluer le bourgmestre, Matthias Otterbach. Dîtes lui aussi que son aide me sera précieuse.
Mes amitiés à votre maman.