Théo

Publié le par Jo

Né le 26 mars 1910, mon père "Théophile" a fêté vécu 6 anniversaires à la guerre 39/45, dont 5 en Allemagne.

Historique:
Le 03 septembre 1939, la France et l'Angleterre déclarent la guerre à l'Allemagne.
Le 05 septembre 1939, Théo est mobilisé à la caserne Molitor à Argentan.
Le 21 mai 1940, il est fait prisonnier à Hesdin.

Le 07 juin 1940, Théo arrive au stalag IX A à Ziegenhain sous le matricule 14 912.
Le 1er avril 1945, c'est à Sontra qu'il il est libéré.
Le 24 avril 1945, il est de retour parmi les siens.
La guerre aura pris 2058 jours de sa vie.

Le 05 septembre 2014 (75 ans, jour pour jour, après sa mobilisation), pour lui rendre hommage, je partirai à vélo de son village natal et je me rendrai à Argentan. Je rentrerai à mon domicile, à vélo, le lendemain.
Le 1er avril 2015 (70 ans, jour pour jour, après sa libération), je partirai à vélo du lieu où il fût libéré en Allemagne
Le 24 avril 2015 (70 ans, jour pour jour, après son retour), après avoir parcouru non pas 1200 km comme annoncé initialement mais 1800 km, j'arriverai dans son village natal qui est aussi le mien.

Jo

Théo est mobilisé

Théo est mobilisé

Numéro de matricule attribué au stalag et numéro de kommando

Numéro de matricule attribué au stalag et numéro de kommando

Publié dans Famille

Commenter cet article

Manon 11/05/2016 13:37

J'ai adoré la venu de joseph dans mon école suzanne et raymond grison je trouve se parcours formidable bravo joseph

Manon 29/04/2016 17:07

Super bien en plus joseph est venu dans mon ecole nous raconter ce voyage c'était passionnent ma mere a acheté ton livre des que je suis sorti de l'école la elle le lit elle adore après moi je le lirais

... 03/05/2015 15:06

On trouve que votre parcours est vraiment courageux , 1800 km ce n'est pas rien ! Même si c'est déja terminé , on vous admire beaucoup :)

Les filles qui vous ont montré le chemin pour aller a la rue sebastopol

Michel Henry 26/04/2015 22:47

Réponse à Jeannette.
Je viens de lire avec beaucoup d'intérêt ton message et je constate que Robert a appris à pécher à d'autres que moi. C'est sans doute pour cela qu'il y a moins de poissons dans le Semnon!
Effectivement si tu as quitté la Touche en 1961, nous ne pouvons pas nous connaître puisque mes parents sont arrivés en 1965.

Jeannette 25/04/2015 20:23

Réponse à Michel Henry, rencontré hier.
Nous aussi avec ma soeur, nous sommes allées à la pêche à la Touche avec Robert. Nous allions ramasser des sauterelles dans les champs cultivés par mes parents, j'étais jeune, mais je me souviens que nous allions route de Rochereuil, et me vois encore surtout dans le champ à droite après le semnon, face à la pré. Robert fabriquait des lignes avec des branches, choisissait celles qui convenaient le mieux, nous apprenait la pêche à la mouche dans le semnon. Pas de fabrication de radeaux.
Robert est toujours aussi ingénieux, il a bien entretenu la maison de son père, Théo, tout comme René. Nous avons aussi jouer au pallets.
C'est toujours agréable d'y retourner pour le voir avec Françoise et prendre le café ensemble.
Jeannette, qui habitait la maison en face, et partie le 04/11/1961 à l'âge de 8 ans.

HENRY Michel 13/03/2015 23:21

Bravo à Joseph pour ces tranches de vie racontées avec minutie et à tous ceux qui collaborent à ce blog. J’aime beaucoup ces histoires humaines qui nous permettent de mieux comprendre la vie des générations passées, de partager leurs bonheurs et leurs peines. Le mérite d’un espace de publication comme celui-ci, c’est de garder en mémoire notre passé. Je pense aussi que nous avons tous des choses à raconter, à transmettre et chaque récit est un maillon de l’Histoire, celle qu’on découvre dans les manuels scolaires.
Moi, j'avais 6ans lorsque mes parents se sont installés à La Touche, ce devait être en 1965. Je garde un excellent souvenir de cette époque et notamment de mes relations avec les fils de Théo. J'ai passé beaucoup de temps à la ferme des Aulnette, c'est là que j'ai conduit un tracteur pour la première fois, j'avais une dizaine d'années. René avait du mal à me refuser quoi que ce soit, tellement j'insistais! C'est Robert qui m'a appris à pêcher à la mouche et plus tard j'allais vers Rochereuil pour prendre des chevesnes. Je partais à vélo, je dépassais le moulin et il y avait là un endroit avec assez peu d'eau où ces poissons étaient nombreux. Au début, ils cassaient ma ligne et on m'a montré comment monter moi-même mes hameçons (Robert sans doute!). J'allais les acheter au magasin Desbois. Avant de partir à la pêche, j'allais d'abord chercher des mouches que je prenais sur les vaches, je les mettais ( les mouches!) encore vivantes dans une boîte en plastique. C'était un appât formidable! Robert utilisait aussi des sauterelles. Un peu plus tard, avec mon frère Alain, nous avons construit des radeaux. Le premier était un simple paquet de joncs que nous enfourchions et nous nous déplacions à l'aide de ce qu'on appellerait aujourd'hui une pagaie double, à l'époque une perche de bois munie de deux petites planches. C'est aussi dans le Semnon que j'ai appris à nager en une semaine avec une chambre à air de voiture autour de la taille.
Je me souviens également de l'époque où Rémi Tessier venait à la pêche à la Touche.
Il arrivait toujours très tôt avec sa 204 break (116 PN 35 !!) et j'allais le voir dans la matinée.
Je m'approchais timidement car je savais qu'il ne fallait pas faire de bruit. Je m'adressais à lui, chaque fois avec la même phrase: "Bonjour, alors, ça mord?" Et parfois, il sortait sa "filoche" de l’eau et me montrait une tanche qu'il avait prise. J'étais très impressionné et quand il me répondait, il ne quittait pas des yeux le bouchon, guettant la moindre touche.
Je profite de ce message pour adresser un bonjour aux frères Aulnette : Bernard, Joseph, René, Robert ainsi qu’à Michel et Eric Tessier. J’espère avoir le plaisir de les rencontrer le 24 avril.
Michel HENRY

Laetitia 30/11/2014 21:18

Bravo pour ce projet et ces entrainements!
On suivra le périple en avril et on sera là pour l'arrivée.
On attend ta prochaine visite (en vélo bien sûr) à Laillé.
Laetitia

Marie-Anne et Jean-Yves 09/09/2014 07:12

Quand je vois une des photos de théo,en militaire ,on porrai croire que c'est Bernard,je me souviens, d'un certain jour ou j'étais très jeune chez mes parents, il n'était pas question,de mo et rené a l'époque,bernard en disant cc a une fille eu accident de mobilette,il était en perm,et s'est retrouvé sur une chaise dans notre maison,et c'est Anna qui est venue chercher la mobilette,on ne pensait pas,se revoir tant de fois + tard ,il n'était pas du tout question,de réunir nos deux familles a l'époque et oui!...

Jo 09/09/2014 12:56

Merci Marie-Anne,
Effectivement, Bernard, qui fût privé de Théo (son père) alors qu’il n’avait qu’un an et sept mois jusqu’à l’âge de sept ans et trois mois (pour cause de guerre) et qui consacra à son tour deux ans de sa vie pour la guerre d’Algérie, fût victime d’un accident de la route qui aurait pu lui être fatal en terminant sa course dans le fossé en face de l’entrée de la ferme de tes parents, alors qu’il venait d’être libéré et qu’il n’était plus qu’à 19 km de La Touche où il était attendu.
C’était le mercredi 03 mai 1961 : jour des 40 ans de ton papa.
S’était ‘il endormi pour cause de fatigue ou avait ‘il perdu le contrôle de la mobylette (qu’il avait empruntée à Alfred G, son cousin, rencontré à la sortie de la gare de Rennes) en faisant coucou à une de tes sœurs (peut-être Monique, devenue plus tard sa belle-sœur)…
Je plaiderai pour la fatigue car il venait de faire un long voyage. Il avait pris le bateau à Oran le 1er mai, le train à Marseille le 2 et enfin, la mobylette d’Alfred 30 minutes avant son accident.
Je me souviens de deux choses :
- De m’être dépêché de rentrer de l’école à vélo pour voir mon frère Bernard et d’avoir croisé Rémy au volant de sa 203 au virage de la prée, avec à son bord Papa et Maman, et d’apprendre qu’il avait eu accident et qu’ils se rendaient à Pontchaillou.
- D’être allé lui rendant visite les jours suivants et de voir sa quille pendue à la tête de son lit d’hôpital.
Théo est rentré à La Touche 24 jours après avoir été libéré en Allemagne
Bernard est rentré à La Touche 12 jours après avoir été libéré en Algérie
C’était le vendredi 12 mai 1961 : jour de tes 13 ans
L'accident a eu lieu à l'entrée de là où habite Monique et René depuis maintenant 34 ans...

Marie-Anne et Jean-Yves 09/09/2014 06:56

Notre rencontre d'hier,inatendue a enrichie notre journée,et nous permet, de voir que pr toi,il y a toujours qq choses a faire...Beaucoup de gens ,s'ennuis alors qu'il ya tant de choses a découvrir...Bravo de retouner sur les pas de Théo,tes enfants peuvent ètre fiers ....Quand a moi ,les souvenirs de nos deux familles réunies,ne peuvent pas s'oubliés...nos parents avaient tant de plaisir a se retrouver Merci Théo

virg 03/09/2014 10:39

beau voyage en perspective!
on pensera à toi les prochains jours pour ton parcours jusqu'à Argentan!
bisous
Virg