Jean passe dire au revoir à ses parents la veille de sa mobilisation

Publié le par Jo

Jeudi 07 septembre 1939: Jean, frère de Théo, habitant le bourg de La Bosse, est à la veille de sa mobilisation. Avant son départ, il anticipe quelques tâches afin d'alléger le travail de sa femme Marie, laquelle va devoir rester seule sur sa ferme tout en ayant à s'occuper de ses trois enfants.

C'est en voiture à cheval que Jean va chercher de la farine au moulin de La Pile. Il emmène avec lui ses deux filles, Marie (4 ans) et Germaine (2 ans 1/2). Son fils, Camille, âgé de seulement un mois, reste à la maison avec sa maman.

En rentrant de La Pile, Jean fait bifurquer son cheval "Lamy" à gauche, direction La Touche, pour aller dire au revoir à ses parents. Son père, il ne le reverra pas car il décèdera le 03 mars 1942.

Vendredi 08 septembre 1939: Jean est mobilisé à Urou, commune située à seulement 3 km 500 de là où se trouve son frère Théo depuis trois jours.

Jean, frère de Théo, est mobilisé

Jean, frère de Théo, est mobilisé

Jean (frère de Théo) reverra sa maman mais il ne reverra pas son papa...

Publié dans Famille

Commenter cet article

Marie Morel, née Aulnette (fille de Jean) 08/03/2015 10:06

Pendant la guerre, un prisonnier allemand prénommé Willy a séjourné chez nous environ deux ans. Il soignait les bêtes et participait aux travaux des champs. Il était affectif mais nous en avions peur quand il faisait ses démonstrations de guerrier. Je devais avoir huit ou neuf ans lorsqu'il est parti.
Willy était très fier de sa personne et il détestait être contrarié. Un jour, il s'admirait devant une glace, le père le Richomme (bourrelier) était chez nous à regarnir des colliers à chevaux et il lui avait dit: tu es beau comme une vache. Je me souviens que cette phrase avait rendu Willy furieux...

Valérie 25/09/2014 00:04

Merci parrain ! C'est un vrai plaisir de te lire par le biais de ce blog ! Quel projet ! C'est avec grand plaisir que nous allons suivre tes exploits, tes anecdotes et ainsi retracer le passé avec la précision qui te caractérise !

Si "Jean (frère de Théo) reverra sa maman mais il ne reverra pas son papa..." alors Théo non plus ?

Jo 25/09/2014 08:55

Et non... quand Théo (ton grand-père) est revenu de la guerre, son père était décédé depuis un peu plus de trois ans.

AULNETTE REMI 19/09/2014 16:05

Je me souviens de ce 8 septembre 1939 j'avais a peine 15 ans .Jvois encore Jean partir pour la mobilisation et quitter sa maison en sortant discrètement par la porte arrière ( coté jardin ) en passant près du doué Savouré pour rejoindre le Père Messu qui l'attendais chez Lui route du Sel de Bretagne pour le conduire avec sa voiture a son lieu de recrutement.J'étais commis de ferme chez Jean,mais quelques temps après son départ j'ai du rejoindre la ferme Familiale a la Touche puisque quatre de mes Frères avaient été mobilisés (Alexis Germain Alphonse Arsène ) il y avait du travail pour Moi a la ferme.C'est Eugène de Pouchard qui assura mon remplacement chez Marie femme de Jean ............REMI AULNETTE cousin de JEAN et THEOPHILE

Camille 09/09/2014 09:33

J' avais une version différente, du moins dans le souvenir que j'ai de ce qu' on m' avait raconté: papa était allé à la Pile pour mettre du blé à moudre et m' avait emmené avec lui, il n'était pas question de Marie et Germaine, mais ce que tu écris est beaucoup plus vraisemblable.